Par Suzanne Girard, notre reporter special:

Les scouts en mer

Le vendredi 17 mai, nous nous sommes donné rendez-vous le soir à Hamamatsucho pour prendre le ferry. Tout le monde était très excité.
Dans le bateau, nous nous sommes installés pour dormir car le voyage vers Hachijojima (notre destination) allait durer toute la nuit.Les plus jeunes ont dormi sur des couchettes et les autres sur des sièges (un peu comme dans l’avion) ou par terre. Heureusement, la mer était assez calme mais lors des escales, toutes les lumières s’allumaient et à 2 heures du matin, c’est très désagréable !


A l’arrivée sur l’île, la troupe était quand même en forme et il faisait un temps superbe. Nous sommes allés au camp monter les tentes des éclaireurs et des chefs (les louveteaux/louvettes ont dormi dans un minshuku). Ensuite, un groupe est parti à l’assaut du volcan tandis que l’autre organisait des jeux de scouts (béret, policiers-voleurs, Lucky Luke…). Puis, tout le monde est allé se baigner ; la mer était un peu froide au départ, mais finalement très bonne. On s’est aussi enterrés dans le sable.


Pour le dîner, on a préparé du couscous avec une jardinière de légumes et un clafoutis aux framboises qui a eu énormément de succès. Pendant la veillée, les éclaireurs/éclaireuses ont joué une pièce de théâtre. C’était très drôle (un bateau fait naufrage sur une île déserte… qui ne l’est pas tout à fait). Tom a fait des tours de magie et Akira a joué du violon. Les louvettes ont aussi fait de petites scènes sur le thème de la mer.


Le lendemain, on a repris le bateau. On a fait plein de jeux et un quizz sur la mer. Ensuite, il y a eu une grande cérémonie (promesses, montées, badges…). Akela nous a fait un long discours sur l’année qui vient de s’écouler et tout le monde est devenu triste parce que certains allaient partir et que l’on se souvenait des bons moments passés ensemble.
Pour se consoler, on a fait un jeu où une personne a les yeux bandés et doit taper avec un bâton sur une pastèque. Le jeu s’est terminé quand Jean-Marc a tapé tellement fort (par terre) que le bâton s’est cassé !

Quand le bateau est arrivé au port, nous avons tous chanté « Ce n’est qu’un au-revoir » et certains parents nous ont accompagnés. Les éclaireurs/éclaireuses vont repartir faire un camp en juin mais pour les louveteaux/louvettes, c’était le dernier de l’année. Ce sera donc aussi mon dernier compte-rendu. J’ai beaucoup aimé cette tâche, et en plus, j’ai eu mon badge de reporter !